Afficher tout Émission Doublage Sous-titre Les chaînes

Trump contre McConnell: échec et mat? Dans l'ombre du "Davos des médias"

Publié le 10 Mar 2021

Partager cette vidéo
Partager cette vidéo

Commençons aujourd’hui par la poursuite des efforts du président Trump pour nettoyer le parti républicain.

Ce dernier a envoyé une lettre au Comité national républicain (RNC), au Comité sénatorial national républicain (NRSC) et au Comité national républicain du Congrès (NRCC) vendredi dernier, leur demandant de ne plus utiliser son nom et son image pour lever des fonds.

En effet, ces comités républicains utilisaient la bannière de Trump pour leur collecte de fonds.

Cependant, tout républicain pouvait bénéficier de ces fonds, y compris ceux qui s’opposait à Trump et à son mouvement America First.

Par exemple, le 7 mars, sur la page des dons du NRCC, le message disait: «Le sort de notre nation est entre vos mains. Allez-vous aider le président Trump et les conservateurs de la Chambre à continuer de donner la priorité aux États-Unis?».

Mais en plus de ce message, une autre ligne ajoutait: "Votre contribution profitera au NRCC, à Liz Cheney pour le Wyoming et à deux autres républicains.»

Liz Cheney fait pourtant parti des farouches opposants à Trump.

Aujourd'hui, le NRCC a supprimé le nom de Trump de cette page mais le NRSC quant à lui vend toujours des t-shirts «Trump» sur son site Web.

Mitch McConnell, qui a été président du NRSC de 1997 à 2001, a exercé un contrôle non officiel sur les fonds pendant plus de deux décennies.

En tant que leader républicain du Sénat, Mitch McConnell joue un rôle très important pour le parti.

Trump l’a ciblé comme un des premiers éléments à purger, le qualifiant notamment de "leader de troisième rang".

Et cela semble avoir eu son effet.

Mitch McConnell a récemment dressé une courte liste de successeurs dans son État d'origine du Kentucky, se préparant à la possibilité de démissionner avant la fin de son mandat.

Une coalition de 12 États poursuit l'administration de Joe Biden pour un décret sur le climat qu'il a signé le premier jour de son mandat.

Le ministre des affaires étrangères chinoises, Wang Yi, a averti dimanche l'administration Biden d'annuler la «pratique dangereuse» de l'ancien président Donald Trump de soutenir Taiwan.

Le régime s'est promis de ramener Taiwan sous son règne, par la force si nécessaire.

Pendant l'ère Trump, l'administration a renforcé le soutien américain à Taiwan en augmentant les ventes d'armes pour son auto-défense et en envoyant des représentants du Cabinet sur l'île.

Wang Yi a dit à l’administration Biden de «changer complètement les «pratiques dangereuses» de «l’ancienne administration» de ne pas «franchir la ligne» ou «jouer avec le feu» en ce qui concerne Taiwan.

Ce contexte rend d’autant plus intéressant et nécessaire l’analyse de la position des grands médias a
...
https://www.youtube.com/watch?v=yL_IOC4P...