Afficher tout Émission Doublage Sous-titre Les chaînes

Intégrité électorale: 361 projets de loi... Aux origines de la théorie critique de la race

Publié le 07 Apr 2021

Partager cette vidéo
Partager cette vidéo

Après le déploiement du plan de sauvetage américain de 1900 milliards de dollars, Biden a dévoilé mercredi la prochaine phase du programme de son administration à Pittsburgh: un autre plan d'infrastructure de 2200 milliards de dollars.

Mais sur les 2200 milliards de dollars du nouveau plan, seuls 115 milliards de dollars, soit moins de 6%, iront aux routes et aux ponts.

En fait, la proposition d’infrastructure de Biden est qualifiée de «paquet omnibus», ce qui signifie qu’elle couvre plus de projets d’infrastructure non traditionnels que traditionnels, y compris les programmes du Green New Deal et l’égalité des revenus.

Les républicains d'au moins sept États, parmi lesquels l'Iowa, la Virginie occidentale, la Floride, le New Hampshire, l'Arkansas et l'Oklahoma, ont présenté des propositions pour interdire l'enseignement de la théorie critique de la race, une théorie liée au courant marxiste américain.

Les mesures visent à interdire aux agences gouvernementales de dispenser une formation basée sur cette théorie ainsi qu'à interdire l'incorporation de ces concepts dans les programmes scolaires.

Ces efforts font suite au renversement par Joe Biden du décret de l’ancien président Donald Trump qui interdisait aux agences fédérales, aux entrepreneurs, aux sous-traitants et aux bénéficiaires de demander à leurs employés de suivre les principes du théorie critique de la race.

La théorie critique de la race a progressivement pris de l’ampleur au cours des dernières décennies dans le monde universitaire, les structures gouvernementales, les systèmes scolaires et le monde de l'entreprise.

Deux chercheurs afro-américains sont étroitement liés à la théorie critique de la race moderne - Derrick Bell, ancien professeur de droit de Harvard et James Cone, ancien professeur de théologie à l'Union Theological Seminary.

Retour sur son origine et ses manifestations contemporaines.

Hier je vous parlais de l’appel au boycott lancé par Trump contre plusieurs entités américaines.

Coca-Cola est un exemple intéressant. Pour son assemblée annuelle des actionnaires de 2020, la société déclarait :

«À l’entrée de la réunion, nous vérifierons votre inscription et vous demanderons votre invitation et une pièce d’identité avec photo valide, comme un permis de conduire ou un passeport.»

Coca-Cola vérifie l'identité de ses actionnaires pour son assemblée, mais refuse cette exigence pour les élections présidentielles sous prétexte que ce serait raciste.

Alors comment expliquer ce deux poids deux mesures ?

En réaction à la controverse électorale historique de 2020, les législateurs républicains présentent un nombre important de projets de loi de réforme électorale.

Fin mars, l
...
https://www.youtube.com/watch?v=wylgy4V5...